Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 22:38

 

Deux personnalités diamétralement opposées se disputent la première place de la candidature écologiste à l’élection présidentielle de 2012 : Eva Joly, une ancienne magistrate, connue pour sa lutte contre la corruption et Nicolas Hulot, homme de médias, connu pour ses émissions sur la nature.

 

Ces deux concurrents aux primaires d’Europe Ecologie - Les Verts revendiquent, chacun selon leur caractère, le titre de candidat :

 

Eva Joly, issue d’une famille modeste, est laborieuse. Elle a réussi honorablement ses études de droit et de sciences politiques qui l’ont conduite à la carrière que nous connaissons, dans la justice. Elle incarne parfaitement le petit juge d’instruction tenace et pointilleux qui, contre vents et marrées, mène son enquête ; un peu comme l’inspecteur Javert, dans « Les Misérables » de Victor Hugo, poursuit sans relâche Jean Valjean. Son honnêteté est incontestable et sa défiance marquée envers le patronat trahit un certain besoin de vengeance envers l’injustice de la vie, qui ne lui a pas facilité sa jeunesse. Eva Joly estime d’ailleurs, que « les grandes écoles sont au centre de l'inégalité française » car ce sont elles qui forment les grands patrons. Ce dernier constat, qu’elle interprète d’une manière quelque peu abusive, révèle un raisonnement intuitif ou viscéral plutôt que scientifique ; caractéristique plutôt commune chez les gens de justice. Or, si la gestion d’un pays nécessite des qualités humaines, les capacités de raisonnement et d’anticipation sont fondamentales.

 

Nicolas Hulot, quant à lui, représente l’archétype de l’aventurier. Il aime voyager, découvrir et communiquer avec les autres. Il n’a pas d’enjeu autre que celui de collecter suffisamment d’argent pour partir toujours plus loin, plus près des espaces mal connus de la civilisation. Pour cela, il faut convaincre, se faire connaître, vendre du rêve. Christophe Colomb était passé par ces contraintes en son temps. La dernière trouvaille de Nicolas Hulot pour se vendre à la population et au monde politique, a été son « Pacte écologique ». Les politiciens y ont trouvé leur intérêt en surfant sur la vague du développement durable et de la sauvegarde de la planète. Ce pacte, non respecté, a permit à chacun de s’octroyer une plus-value en terme de respectabilité. Malheureusement, la célébrité et le boniment n’ont jamais fait avancer un pays.

 

Le parti écologiste a bien du souci à se faire. Ni la rigueur administrative et l’analyse approximative d’un ancien juge, ni la légèreté et le battage d’un aventurier ne pourront donner une crédibilité à un mouvement qui se veut porteur de valeurs économiques et sociales dans le cadre d’une idéologie écologiste.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Lemon Head 29/06/2011 00:14


....pourquoi ne pas associer les deux, il est bien avéré que chacun à lui seul n'a pas la taille pour jouer dans cette cour et que le flop est assuré, au pire l’échec sera confirmé ;)
j'ai bien apprécié la critique constructive et analytique faite de ces deux candidats, mais je suis restée sur ma faim...qui selon vous serait "the right person at the right place"?!!! merci pour
le partage!


France-humaniste-rebelle 29/06/2011 22:01




Eva Joly et Nicolas Hulot sont en opposition pour ne pas dire en conflit. Chacun joue la carte de l’écologie contre l’autre, quand bien même ils adhèrent à la même organisation. Il est donc
illusoire de croire qu’ils pourraient raisonnablement coopérer. En réalité, aucune de ces deux personnes n’est à sa place, simplement parce qu’Eva Joly est formatée comme un fonctionnaire étriqué
et que Nicolas Hulot n’a d’ambition que la notoriété. S’ils devaient jouer un rôle dans le parti, Eva Joly serait secrétaire et Nicolas Hulot chargé de communication. La présidence de la
république réclame d’être visionnaire, ouvert, consensuel et charismatique. Ces deux là, en tout cas, sont loin du compte.